"Un bruit qui court" Pauline Croze

Publié le par Co

3596971274825-copie-1.jpgBon, il faut dire que j'attends toujours avec impatience et appréhension le deuxième album d'une artiste découverte avec plaisir.
Je m'étais préparée à être déçue.
Le titre "un jour de foule" est bien le trait d'union, le lien entre le premier album et ce tout dernier opus de Pauline Croze, puisqu'il faut dire que le reste de l'album est bien différent...
Allez, on commence par ce qui ne me plait pas pour finir par vous dire que je l'aime encore?
Effectivement, l'album commence par le titre que j'aime surement le moins...ce qui commençait très mal, puis quelques formules un peu faciles, évidentes ou baclées, une écriture pas aussi aboutie, différente, je ne sais pas... seule Pauline pourrait en parler...mais le négatif, à mon avis s'arrête là...
En effet, la musique est assez différente même avec ce son de guitare bien à elle...Elle me donne la sentation d'avoir eu envie de rechercher une ambiance musicale puis d'en avoir expérimenté une nouvelle à chaque chanson, du rock technologique
(un bruit qui court), des affinités arabisantes (décembre), du jazzz à la manière des éthiopiques (les gens qui jasent), une boulimie d'envie musicale qui ne permettait pas de choisir? Peu m'importe, là je suis conquise...
Dès le deuxième titre, elle m'embarque "je ne suis qu'un bruit qui court...", puis elle m'interpelle avec "les gens qui jasent" et enfin elle m'achève à travers "légère, soulève-moi"...et je retrouve, je comprends ce qui m'attire tant chez cette artiste, elle me fait me sentir terriblement Femme.
Conclusion? Ce timbre de voix unique et puis est-il utile de rappeler que cette artiste est auteur-compositrice même si parfois elle partage son travail ou se laisse séduire de belle manière, par exemple,  avec Arthur H pour le titre "baiser d'adieu".
Définitivement, je l'aime cette artiste, elle me touche...
Allez sur ce lien et sélectionner le titre "Légère" dans le player.

Publié dans Nouveautés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article